lundi , 11 décembre | 17 : 00
Accueil / Affaires Galactique / Escarmouches à la base INRA d’Alnath

Escarmouches à la base INRA d’Alnath

La science à coups de plasma et de multi-cannons: c’est apparemment ainsi que le groupe Osiris envisage l’étude et la recherche, si on en juge par les échauffourées qui ont éclaté hier à Alnath, sur une des bases abandonnées de l’INRA.

Des opérations de fouille sous escorte armée

Après avoir participé activement à la découverte récente des sites de l’INRA, le groupe OSIRIS vient de lancer une vaste opération de fouilles  sur l’ensemble des bases abandonnées. En début de soirée hier, des pilotes d’Osiris ont été surpris alors qu’ils prenaient des clichés au-dessus de la base d’Hermitage 4 A; interrogés par nos journalistes qui s’étaient rendu sur place, ils ont refusé de répondre aux questions et ont rapidement quitté les lieux après ce passage-éclair. La présence de forces de sécurité lourdement armées aux côtés des scientifiques suscite beaucoup d’interrogations concernant les véritables motifs d’Osiris et de leur leader Joseph Weaver, par ailleurs magnat de presse et rédacteur du journal satirique le Piaf/The OnionHead.

Le Squadron manque de tuer Joseph Weaver

Un peu plus tard dans la soirée, des échanges de tirs ont été signalés sur la base INRA du système Alnath. Des pilotes du Squadron y ont en effet été repérés, ainsi que sur les autres bases de l’INRA. Le Squadron confirme également qu’un de ses pilotes a reçu l’ordre d’éliminer Joseph Weaver; ce dernier doit d’avoir conservé la vie à la présence d’esprit de Rapture XXV, qui invalida l’ordre d’exécution à la toute dernière seconde.

Un piratage de haut niveau

Les premiers éléments de l’enquête confirment que les ordres donnés aux pilotes déployés ont été transmis avec un code d’identification utilisé habituellement par la Division de l’Oeil, qui dément catégoriquement avoir commandité cette opération. Alexandra Gidh, Porte Parole du Consilium, vient par ailleurs de réagir officiellement à ces événements.

« Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, quelqu’un a réussi à obtenir ces codes et les à utiliser afin d’impliquer le Squadron dans la tentative de meurtre de ce journaliste et ainsi tenter de discréditer l’action de notre nouveau gouvernement. Je ne vois que les anciens membres du Consilium qui soient en mesure de mener ce type d’opération, probablement via la cellule Sigma. Evidemment, tous nos codes de communications ont été modifiés depuis la découverte de la supercherie afin que ce type d’incident ne puisse pas se reproduire. Si le groupe Osiris le souhaite, nous mettrons des pilotes à leur disposition afin de sécuriser les sites de fouilles dans les prochains jours. »

Joseph Weaver, dont on connaît les quolibets peu amènes à l’endroit des Black Birds, doit ainsi à nos pilotes d’avoir eu la vie sauve. Qualifiés dans un article récent de « bas du front » à la gâchette facile, les commanders du Squadron ont au contraire gardé hier soir la tête haute et le sang froid. Nous espérons que notre confrère du Piaf s’en souviendra et nous épargnera désormais ses faciles railleries.

A Propos de Albert Blondin

Albert Blondin, romancier et journaliste, s'est rendu célèbre par ses reportages d'investigation. Il a découvert Munfayl et le Consilium au cours d'une enquête portant sur les asiles psychiatriques. Il n'a plus songé à en partir, surtout depuis qu'il a découvert l'UAlcool au Perséphone. Il met depuis quelque temps tout son talent à suivre les Black Birds sur les théâtres d'opération.

Nous vous conseillons

Alexandra Gidh: Première déclaration publique

En exclusivité pour Vox Veritas, la nouvelle Porte Parole est venue présenter les nouvelles orientations …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *