lundi , 11 décembre | 16 : 45
Accueil / Economie / Politique / Justice / Une enquête révèle la trahison du Consilium

Une enquête révèle la trahison du Consilium

Sitôt après son arrivée à la tête du Squadron, Alexandra Gidh, porte-parole du Consilium, a aussitôt diligenté une enquête concernant les agissements de son prédécesseur Brice Dolabella. Les scandales sur le point d’être révélés ne devraient pas contribuer à faire baisser la tension très vive au sein du Squadron, dans le contexte troublé qui fait suite à la sécession du 23 octobre dernier. La rédaction du Vox Veritas a pu se procurer les premières conclusions de ces investigations.

Alors que le Squadron est plongé dans la tourmente depuis la déclaration d’indépendance du 23 octobre dernier, la nouvelle administration de Munfayl a laissé filtrer plusieurs informations concernant les agissements criminels de Brice Dolabella, porte-parole du Consilium jusqu’à son arrestation intervenue le 23 septembre dernier. Au cours d’une minutieuse enquête, les enquêteurs, membre de la Division de l’Oeil, ont saisi des documents secrets dissimulés à Samson, mais aussi à Melvin Hub, sur le système GD 1192 dont Dolabella était gouverneur. L’accusé serait également passé aux aveux avant son décès.

Des charges accablantes contre le Consilium

Les charges sont accablantes, et confirment non seulement les crimes de B. Dolabella, mais aussi et surtout la trahison du Consilium. L’autorité de tutelle du Squadron avait en effet réussi à corrompre plusieurs de ses membres pour détourner les Black Birds de leur mission première, et les faire servir à des intérêts financiers privés. Réunis au sein d’une cellule secrète nommée Sigma, ces terroristes à la solde du Consilium seraient responsables de plusieurs attentats perpétrés au cours des derniers mois, comme l’enlèvement de l’ancienne porte-parole Alvinia de Messalina, le piratage des serveurs du Vox Veritas, ou encore l’assassinat de Slavan Griffith.

Mais surtout, comme le laissait entendre dans nos colonnes Alexandra Gidh au cours de sa déclaration de politique générale (VV du 27 octobre), il apparaît que le L.A.R.A. aurait pu servir de laboratoire pour des expériences génétiques odieuses réalisées sur des sujets humains, sur ordre du Consilium. Récemment même, des scientifiques peu scrupuleux auraient été jusqu’à greffer des tissus thargoïds sur des prisonniers; ces cobayes étaient pour la plupart des pilotes donnés pour mort, retrouvés dans des capsules de survie et envoyés secrètement dans le système Shangdi. Les responsables du L.A.R.A. se sont ont abstenus jusqu’ici de tout commentaire, mais l’enquête se poursuit.

Si certains membres du Consilium ont indubitablement été animés de nobles idéaux et voulaient sincèrement sauver l’Humanité de la menace alien, d’autres en revanche ne cherchaient, en finançant les activités du Squadron, qu’à assurer leur propre sécurité, voire à s’enrichir grâce à un conflit Thargoïd susceptible de devenir lucratif.

Des accords opaques avec la Sirius Corporation

L’enquête a en effet mis en avant les liens entretenus par le Consilium avec des groupes d’intérêt peu scrupuleux à l’échelle de la galaxie, et plus soucieux de leurs profits que de sauver l’humanité. Parmi ceux-ci figure la puissante Sirius Corporation et son P.D.G. Li Yong-Rui. Les relations entre les Black Birds et cette multinationale ont toujours été notoires: la plupart des vaisseaux utilisés par le Squadron sortent ainsi des chantiers navals de Pailes Entreprise, situé dans le système 40 Ceti contrôlé par la Sirius Corporation. Plusieurs membres éminents du Consilium ont bénéficié de rétro-commissions avantageuses grâce à la vente de ces matériels militaires estampillés Sirius Corp. Des sources autorisées craignent que la situation de crise actuelle n’aboutisse à la remise en cause de ces accords favorables à nos pilotes.

Le Squadron « manipulé par des intérêts privés sans scrupules »

Une source proche de la nouvelle porte-parole nous a confié son analyse sur cette question controversée des liens entre le Consilium et le « Club ».

Une campagne de diffamation par voie de presse (lancée par The OnionHead/Le Piaf, article du 27 octobre, N.D.L.R.), pense nous faire du tort en niant les liens du Consilium avec ce mystérieux Club qui exerce une influence occulte sur l’ensemble de la Galaxie. Hélas, force est de constater que nous avons involontairement soutenu leurs intérêts, y compris en nous précipitant tête baissée à la rencontre des Thargoïds dès leur apparition dans les Pléiades. Oui, il nous faut l’avouer, nos pilotes ont été manipulés par des intérêts privés sans scrupules, et certains sont morts pour rien dans les premiers temps du conflit. Notre attitude sera désormais plus mesurée envers les Thargoïds, et plus réticente envers Aegis, initiative soupçonnée d’être une émanation du « Club ».

L’activisme anti-thargoïd des Black Birds n’aurait été qu’un « écran de fumée » de plus, pour reprendre la formule utilisée récemment par Aisling Duval (Galnet du 20 octobre), afin de masquer les agissements d’intérêts financiers. Le Consilium aurait utilisé l’abnégation et l’esprit de sacrifice des pilotes du Squadron pour satisfaire son goût du profit. Il aurait en particulier tiré d’importants bénéfices sur la vente des fameuses armes anti-xeno, devenues un succès commercial en dépit de leur piètre efficacité.

Le territoire Black Birds en proie aux émeutes

Suite à la sécession, depuis quelques jours, des révoltes ont éclaté un peu partout dans l’ensemble des systèmes contrôlés par les Black Birds. Les intérêts du Squadron menacent en particulier la production d’hyper-sucre, devenue une des principale source de revenue de notre faction après la suspension des lignes de crédits émanant du Consilium.

Face à cette instabilité inédite, les consuls de la D.I.S.C., réunis au cours d’un sommet extraordinaire, ont décidé de prendre des mesures exceptionnelles, et dépêché tous les pilotes disponibles afin de rétablir la sécurité dans l’ensemble des systèmes Black Birds. Singulièrement, l’influence de notre faction est compromise dans le système siège du L.A.R.A., Shangdi, que certains appellent déjà « système Mengele ».

« Il faudra du temps à Alexandra pour rétablir la confiance partout, mais je suis pleinement en accord avec les nouvelles orientations affichées dans sa déclaration de politique générale. La porte-parole peut compter sur tous nos pilotes » a tenu à préciser Rapture II dans une déclaration où il affiche son soutien au nouveau chef du gouvernement.

Malgré les assurances exprimées par le leader des Black Birds, beaucoup s’interrogent sur les conséquences du revirement politique radical décidé par la nouvelle porte-parole. Alexandra Gidh, si soucieuse de faire la lumière sur les crimes passés, saura-t-elle maintenir l’unité à Munfayl? Sa nouvelle attitude de « retenue » envers les Thargoïds satisfera-t-elle tous les pilotes Black Birds? Beaucoup s’étaient en effet enrôlés sous nos couleurs dans l’espoir de livrer une guerre à outrance contre l’ennemi xénomorphe qui a envahi les Pléiades: une défection de certaines de nos meilleures gâchettes n’est pas à exclure.

Quel sera l’avenir du régime dictatorial de la faction Black birds affaiblie, divisée, et privée de la plupart de ses financements? Nul ne peut aujourd’hui apporter de réponses certaines à ces questions.

A Propos de Albert Blondin

Albert Blondin, romancier et journaliste, s'est rendu célèbre par ses reportages d'investigation. Il a découvert Munfayl et le Consilium au cours d'une enquête portant sur les asiles psychiatriques. Il n'a plus songé à en partir, surtout depuis qu'il a découvert l'UAlcool au Perséphone. Il met depuis quelque temps tout son talent à suivre les Black Birds sur les théâtres d'opération.

Nous vous conseillons

La réaction du Consilium

Coup d’etat abjecte! C’est ainsi que le Consilium qualifie dans son communiqué la mise en …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *